Créativité et responsabilité


Il y a encore dix ans, le PVC était perçu comme une matière non recyclable, destiné à finir en décharge ou à être incinéré. En réponse, les industriels du PVC lançaient un plan d’actions concerté: organiser des filières de collecte et de recyclage adaptées aux différents types de déchets en fin de vie. Grâce à cet engagement volontaire, connu sous le nom de Vinyl 2010, 260 000 t de PVC ont pu être recyclé annuellement à la place des 200 000 t prévues initialement.

Dans ce domaine, Kömmerling à toujours su rester dans le peloton de tête. L’aspect « recyclabilité » des chutes de production ou des anciens châssis de fenêtres est un aspect primordial devant un public de plus en plus averti des implications écologiques dont il partage la responsabilité avec l’industriel. Kömmerling, plus que d’autres, a su anticiper sur ces problèmes car recycler, c’est évidemment économiser l’énergie nécessaire à la production de nouvelle matière, mais c’est aussi contrôler ses déchets.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash